https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/hprofile-xtp1/v/t1.0-1/c0.0.160.160/p160x160/1896976_1847896562101266_5913176916311245960_n.png?oh=2c6283165cb9eeb907f23b6568bc0c62&oe=56A4B2E9 VIVANTTEXTE Bienvenue sur :
vivantexte.wifeo.com
30. Trop tard

Je ne t’ai pas connu et on vient d’annoncer ton décès. J’aurais du croiser ton destin, mais la vie en a décidé autrement. Peut-être aurais-tu connu une autre fin.
31. Partage

Puisque la folie me gagne, je dédie cette dernière pensée raisonnable à mes connaissances. Et j’offre l’ensemble de mes pensées irrationnelles à l’ensemble de mes amis avec qui je partage une certaine vision de la vie. Je garde les confidences à certains d’entre eux seulement…
32. Terre brûlée

Pour la première fois, ma main ne voulait plus écrire. Elle était devenue impuissante à exprimer ce que je pouvais ressentir. Comme si la tragédie avait atteint le cœur même de mes organes… je ne pourrais pas t’honorer aujourd’hui.
33. L’imposteur

C’est parce que j’ai perçu dans cet homme érigé devant moi, à la manière d’un commandeur, une aura si petite, que je me suis mis à regarder ses chaussures. Elles valaient plus que lui.  
34. La signature

Vous comprenez, ces choses là ne s’expliquent pas. Chaque homme possède un taux vibratoire qui le distingue des autres ; comme une odeur indéfectible, qui s’est façonnée avec le temps et dont il ne peut se débarrasser, car celle-ci lui colle au corps
35. Ma petite sœur

J’avais déjà vécu cette période. Peut-être étais-je un revenant, car tout m’était familier dans cet endroit. La dernière fois que je t’ai vue, tu allais plonger dans le vide… aujourd’hui, je reviens à l’heure ou nous nous sommes rencontrés. Mais tu as disparue, totalement disparue des écrans radar.  
36. Le petit tas cramé

Ainsi tout ton être était résumé dans ce tas de poussière. J’ai pris une balayette et une pelle, et je t’ai ramassé… puis je t’ai mélangé au tabac. Une fois la cigarette roulée, je t’ai fumé ; tu avais un goût de Havane.
37. Les lobes de l’oreille

Deux morceaux de chair qui n’ont pas de fonction précise sauf celle de s’offrir comme support à toute sorte de suspension. Comme je voulais que tu sois encore plus resplendissante, je t’ai offert ces deux lustres…
38. Tes lèvres

Comme elles paraissaient voluptueuses et qu’elles me disaient « viens », je me suis approché. Elles étaient humides, prêtes à me recevoir… mais je n’ai pas voulu y aller, j’étais littéralement subjugué par la taille des vagues.  Elles m’auraient noyé.
39. Compagne d’un jour

Dans la serrure, j’ai rentré la clé. Puis je l’ai tournée… à vide, car elle avait été fracturée. Comme toi que j’ai découvert, gisant dans la rue, fragile et fêlée.
40. Cache cache

Comme tu ne répondais pas je t’ai cherchée, inlassablement, durant de longues années ; au cas où tu te serais perdue, je ne voulais pas t’abandonner. Peut-être n’avais-je pas très bien compris le sens du jeu… car j’ai aujourd’hui soixante ans et je ne t’ai pas encore retrouvée.

 
41. Hold-up

Quand ils sont entrés avec leurs armes à la main, nous avons tous eu très peur. Jusqu’à ce que l’un d’entre eux s’écrie : « Nez en l’air ». Nous étions au bord des larmes, à la limite du soutenable. Les choses se sont ensuite envenimées lorsqu’il ajouté : « C‘est un ketchup ». Et là nous sommes tous morts de rire ; il ne fallait pas tirer.
42. La chute

Puis ta main a glissé ; elle était devenue moite sous l’effet de la peur. J’ai tendu mon bras … pour prolonger le temps, encore un peu. Mais tu étais déjà loin et je risquais de perdre mon âme toute entière dans cette affaire. Alors je me suis rétracté ; il fallait maintenant que je me protège.
43. Alphabet

Comme  je ne te trouvais pas, j’ai ouvert le bottin… Des milliers de pages blanches que j’ai parcourues, les unes après les autres ; jusqu’à ce que je te reconnaisse. Tu étais devenue la toute dernière lettre d’une phrase quelconque,  toi qui avait été, jadis, la plus belle de nos majuscules.
44. Folie douce

Comme tu voulais prendre ton pied mais que tu avais perdu les tiens à la guerre, je t’ai prêté l’un des miens. Et maintenant que je dois repartir, tu ne veux plus me le rendre. Comme pourrais-je vivre avec les trois qui me restent.
45. Au catalogue

J’ai remercié le facteur pour sa livraison. Un paquet en carton que j’ai ouvert en prenant toutes les précautions d’usage. Et puis il a explosé à ma figure, comme promis sur la notice explicative, me dévisageant à vie…  la bombe surprise que je m’étais offert comme cadeau.   
46. Le brûleur

J’ai approché la bougie de mon visage pour voir ce qu’il me restait de toi… de ces temps aujourd’hui révolus ou  je m’étais consumé à tes côtés. Comme je n’y parvenais pas, je me suis rapproché, jusqu’à ce qu’une impression de chaleur me gagne ; il ne fallait pas aller plus loin. Ce que je recherchais : sans doute un retour de flamme.

 
47. Echec et mat

Il jouait aux échecs comme il vivait ; toujours porté vers l’avant. C’est ainsi qu’on perd sa reine… sans s’en rendre compte, en un instant. Puis il a perdu ses amis et vendu ses tours, l’une après l’autre. Au final il errait sur l’échiquier, abandonné de tous.
48. Dormir avant de mourir

Tu m’as dit : « Je suis fatigué ; il faut que je me repose » et je t’ai cru. Il aurait mieux valu que tu me dises la vérité.  On ne s’habille pas en smoking quand on veut dormir ; tu m’as pris pour une truffe.
49. Touche-pipi

C’est en jouant au jeu du chat que j’ai découvert ma chatte. Une petite fille blonde qui miaulait quand on la caressait… qui se cachait lorsqu’on ne faisait plus attention à elle et qui se frottait à moi lorsque je la découvrais.
 
50. Il ne faut pas inverser les choses

« Ce n’est peut être pas le temps maussade qui génère de la tristesse dans l’âme des hommes » avait-il déclaré. Puis il se mit à sourire au monde et le soleil surgit… éclatant de vie.
51. Le prétentieux

Comme il voulait paraître plus grand que les autres, il se mit à fabriquer des talonnettes ; si hautes que les hommes en perdaient leur équilibre. Alors il fabriqua des cannes, pour les aider à se tenir droit… si longues qu’elles ne leur permettaient plus de redescendre sur terre.
52. Pied de nez

Il frappait sur ma tête qu’il menaçait de couper si je n’acceptais pas de faire allégeance à son dieu. Puis il me traita de mécréant parce que j’avais osé lui parler de liberté. Puis il m’ôta la vie, fou de colère… libérant à tout jamais mon esprit ; je ne lui appartiendrais jamais.
53. Les hippies

Voyez-vous, je pense que l’humanité a raté l’un de ses plus grands rendez-vous avec l’histoire. « Et si l’avenir de l’homme avait été Peace and love » ; cette phrase me revient en boucle sans que je puisse interrompre le processus.
54. Hip Hip Hourra

Progressivement, ils ont fait disparaitre toute trace de notre philosophie… rasé les cheveux de leurs enfants et balisé tous les sentiers par lesquelles il fallait passer. Puis ils ont remplacé tout ça par de la guerre et de l’argent ; au final, c’est la haine qui a envahi le monde. 
55. Transcendance

J’étais assis en tailleur à la manière d’un moine bouddhiste. Tout autour de moi, ils étaient là, mes amis, des foulards aux poignets.  Le chilom tournait de main en main… jusqu’à ce qu’il me parvienne. Et l’objet qui n’était que de marbre devint écorce vivante à l’instant même où je le saisis.    
56. La coupe était pleine

Et maintenant, parce que j’avais été heureux, de façon trop abondante, il me fallait trouver l’isolement nécessaire à l’expression de la tristesse. Car elle m’était nécessaire pour vivre ; curieux paradoxe. Je suis sorti ; il fallait que je respire un peu de gaz carbonique.
57. A contre courant

Comme j’en avais marre de vivre à rebrousse poil, je me décidai à inverser le cours des choses. Sur le chemin qui mène à la gare, j’ai pris la route en sens inverse. C’est après que l’accident ait eu lieu que j’ai compris qu’il s’agissait d’un sens interdit ; sans commentaire pour celui qui arrivait en face.
58. Orgueil
 
J’ai regardé le soleil dans les yeux, avec insistance. Comme il manquait d’humour, il m’a châtié. C’est ainsi que j’ai perdu la vue, par trop d’arrogance.
59. Hémorragie

Je me suis assis face à mon bureau, un stylo à la main. Sans savoir ce que je voulais écrire mais avec une furieuse envie de m’exprimer. Puis la mine a touché le papier et ma main s’est agitée… incontrôlable, comme si elle possédait sa propre intelligence. Il ne me restait plus qu’à patienter.
60. Le diable en personne

Que voulez-vous que je vous dise, j’aurais toujours un faible pour les passionnés. Ils expriment la colère des hommes… qui dévale la montagne comme un torrent de boue, emportant tout sur son passage.

 
61. Psychanalyse

Il fallait que je l’aide à écrire sa légende. Sur le sable de la plage, il s’est allongé, comme sur un divan, prêt à se livrer. Et je l’ai écouté, sagement assis. Du flot de ses paroles ressortait l’écume des jours …
 
 



Créer un site
Créer un site